Qr codes et autres codes dans 20 minutes, Direct Matin et Métro

Parvenir à lier un journal papier et un site web est un défi pour la plupart des éditeurs de presse. Les expériences en ce sens se multiplient, faisant parfois appel à de nouvelles technologies. Les quotidiens gratuits ne font pas exception, mais 20 Minutes, Direct matin et Métro adoptent chacun des stratégies très différentes. Ce n’est pas de la com’ à proprement parler (quoique) mais ces expériences sont riches d’enseignements.

-

Direct Matin : en avance sur son temps

Il fallait oser, le quotidien du matin de Bolloré l’a fait : créer son propre système de flashage, « Direct fash ». Ici point de QR code ou de flashcode, il suffit de prendre l’article en photo et on est directement mis en lien avec un ou plusieurs contenus supplémentaires (articles, vidéo, météo…). Un petit mode d’emploi en page 2 du quotidien explique la procédure qui nécessite de télécharger l’application Direct flash, disponible sur l’Appstore mais aussi l’Androïd market. Le système est assez fiable, je n’ai rencontré que deux ou trois petits bugs quand l’application n’a pas identifié le Dflash ou s’est trompée d’article.

Les + :

  • La simplicité d’utilisation, évitant d’avoir à taper une url  sur smartphone
  • Des contenus proposés intéressants et apportant un plus à l’article
Les – :
  • Nécessité de télécharger une application supplémentaire
  • Quelques petits bugs
  • Le système proposé est limité aux possesseurs d’Iphone ou de smartphone Androïd
-

20 Minutes : social media ready

Pas de flash ni de code, mais de nombreuses références vers les réseaux sociaux pour 20 minutes. Lors du festival d’Angoulême, nous étions par exemple invités à faire un tour sur un blog (festivalangouleme.20minutes-blogs.fr) et à suivre un compte twitter dédié à la culture (@20minutesCult). Pour l’Open d’Australie, la présentation des matches était accompagnée de l’annonce de lives comme-à-la-maison sur le site du quotidien. Des contenus complémentaires aux articles publiés dans le journal papier sont disponibles en ligne mais il n’est pas possible d’y accéder directement, ni QR code, ni url directe par exemples. La présence de vidéos, rapports, interviews… est signalée par la présence du logo du site 20minutes.fr .

 

Les + :
  • Des contenus proposés variés (vidéos, blogs, lives, rapports, articles…)
  • Des liens vers les comptes twitter du quotidien qui apportent une bonne dose d’interractivité pour les possesseurs de smartphones
Les – :
  • Des contenus proposés qui ne tiennent pas leurs promesses (comme le blog pour Angoulême qui ne compte que 4 posts sur la durée du festival)
  • L’obligation de rechercher soit même le contenu sur le site de 20 minutes.

 

Métro : une url et puis c’est tout

L’approche de Métro est radicalement différente de ses deux concurrents. Il n’y a quasiment aucun renvoi vers du contenu de leur site web. Seule exception : une brève « Sur le web » en page 2 qui présente quatre articles à lire en ligne. Pour le reste, Métro se contente de marteler l’adresse de son site web. www.metrofrance.com est présent sur toutes les pages, voire même trois fois par page. A l’inverse, le quotidien renvoie vers du contenu proposé par ses partenaires médias : « Les dessous de l’écran » sur RTL, « En direct des QG » sur LCI…

Les + :

  • En apparence, le journal se suffit à lui-même. On n’a pas la sensation de manquer quelque chose, en ne pouvant pas lire les contenus proposés sur le web.
Les – :
  • Un journal très à l’ancienne, sans proposition d’interactivité.
  • Malgré l’omniprésence de l’adresse du site web, on ne sait pas en quoi il y aurait un intérêt à s’y rendre.
-

Résultat : avantage 20 minutes

Les trois titres ont choisi de lier leur journal papier et leur contenu en ligne à différents degrés. L’option choisie par Direct Matin est la plus novatrice mais peut-être aussi la plus décalée des usages actuels. Prendre en photo un article pour accéder à des contenus supplémentaires n’est pas encore entré dans les habitudes, et surtout cela ne fonctionne pas (ou très mal) dans le métro où le réseau 3G est quasiment absent. A l’inverse, chez Métro on en est resté au stade des années 2000 avec un lien timide au web. Si cela correspond aujourd’hui aux habitudes des français, la situation pourrait vite évoluer et contraindre le quotidien à revoir sa stratégie.

C’est sans doute la piste explorée par 20 minutes qui fonctionne le mieux actuellement avec un renvoi vers des contenus précis de leur site et un lien avec les réseaux sociaux. Cette présence sur le papier est couplée à une importante activité de community management en ligne.

2 commentaires sur "Qr codes et autres codes dans 20 minutes, Direct Matin et Métro"

phil dit:

20 mars 2012

Bonjour,

Je cherche le nom de l’appli « direct flash » dans android, rien ne ressort
j’ai essayé aussi « dflash »
quel est donc le nom réel a chercher ????
merci

phil dit:

20 mars 2012

ok je me répond à moi-même…

il faut saisir « directflash » sans espace entre direct et flash
ce qui n’est pas du tout intuitif d’autant plus que votre picto comporte cet espace ainsi que dans le titre de votre mini mode d’emploi en page 2 de votre quotidien

Bref, après l’avoir trouvé et téléchargé, il faut d’abord avoir un compte pour l’utiliser…

Heuuuu ! vous voulez vraiment qu’on l’utilise votre appli ???
Pas moi, merci, et c’est rédhibitoire !!

Qr code et consorts ne demandent aucune ouverture de compte préalable…

Pourquoi donc créer des freins inutilement ?

Expérience utilisateur = 0

A bon entendeur, Monsieur Bolloré….

Ecrire un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>