Collectivités territoriales et réseaux sociaux : le baromètre de la mort qui tue (MàJ)

Quelles sont les collectivité territoriales les plus présentes sur les réseaux sociaux ? Quelles évolutions ? Qui a le plus de fans ? Toutes ces questions trouvent leurs réponses dans le Baromètre des collectivités sur les réseaux sociaux publié par l’Institut Edgar Quinet et réalisé par Les Argonautes. L’édition de mai 2012 a été publiée hier avec en prime une belle infographie (ci-dessous). Une de plus sur les réseaux sociaux diront les mauvaises langues… (MàJ : vous trouverez également l’édition de juin 2012)

La première chose qui m’a sauté aux yeux en regardant cette infographie ce sont les indicateurs d’évolutions qu’elle propose. Si à première vue ils sont très intéressants, lorsqu’on regarde les seuls points de comparaisons on ne peut être que dubitatif. Les mesures sont effectuées entre avril 2012 et mai 2012. Soit un mois. Or à mon sens on ne peut juger ce type d’évolution sur les réseaux sociaux que sur un temps plus long. Un an me semble un minimum.  L’explication est peut-être simplement qu’ils ne disposent pas de données plus anciennes (même si j’ai trouvé la trace d’une édition faisant référence à mars 2012). A suivre car ce baromètre n’en demeure pas moins très instructif.

Voici les principaux points que je retiens :

  • 60 % des régions ont un usage quasi inexistant de leur Page Facebook. Même si parmi elles certaines font l’effort sur-humain d’activer des publications automatiques, on ne peut que s’étonner de ce chiffre. Il me parait carrément ahurissant. J’ai un peu de mal à voir l’intérêt d’ouvrir une Page si c’est pour ne pas l’utiliser, surtout que les effets ne peuvent être que négatifs. Quel a bien pu être l’argument de ceux qui ont agit ainsi ?
  • Un département (le Var) a perdu des fans entre avril et juin 2012. Il s’agit du département comptant le plus grand nombre de fans, et de loin (26 480 fans). La baisse est minime mais elle rappelle à tous qu’un fan n’est pas acquis pour toujours.
  • Les départements sont proportionnellement deux fois moins nombreux sur Facebook que les régions (40% contre 80%). Ce grand écart est quand même surprenant. Je sais bien que les régions ont en main (ou ont pris en main) des compétences qui se prêtent bien à ce type de communication : culture, sports, loisirs… Ou très pratiques, comme les transports. Mais les départements  ne sont pas en reste et sont souvent très actif dans le domaine du tourisme notamment. Il sera intéressant d’observer l’évolution de cet écart dans le futur.
  • Le très faible nombre de fans des villes sur Facebook. Seul Paris tire son épingle du jeu, Lyon est deuxième mais avec 100 fois moins de fans et l’équivalent de 2,5% de sa population. Cette situation est étrange, d’autant qu’il me semble plus naturel de « liker » sa ville plutôt que sa région ou son département. De plus Facebook peut être un véritable outil d’interraction pour une ville avec ses habitants.
  • Les chiffres concernant Twitter n’ont pas un très grand intérêt. Mais vous pouvez quand même aller les voir, ils sont tout tout tout en bas.

Edition de juin 2012 :

Edition de mai 2012 :

 

Ecrire un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>