Faut-il « mediatrainer » les footballeurs ?

Personne ne la connaissait il y a encore quelques mois, fin juin on ne parlait plus que d’elle : la zone mixte. Elle doit une fière chandelle aux joueurs de l’équipe de France de foot qui s’y sont illustrés tout au long de l’Euro. Ils ont même réussi à en faire un sujet médiatique à part entière : des blogueurs racontent l’envers du décor, l’Equipe lui consacre une double page (édition du 11 juillet 2012)…

Derrière la simple question de la zone mixte c’est l’attitude des joueurs devant les journalistes qui interroge. Une attitude qui a sans cesse été comparée à celle des athlètes français pendant les jeux de Londres. L’image des footballeurs et des footeux en général à été fortement écornée. Tout cela laissant l’impression que rien n’a changé depuis l’épisode du bus en Afrique-du-Sud. Et ce ne sont pas les chartes et autres règles de vie qui aideront les joueurs à mieux se comporter face aux médias.

Bien que très rarement évoquée, l’une des solutions serait de faire passer les joueurs par la case media-training. Aujourd’hui cette pratique reste (encore) tabou et très peu de footballeurs ont déjà eu recours à ce type de formation. D’autant que la question divise les pro et anti média-training. Alors, faut-il mediatrainer les joueurs de foot ?

 

Oui

Les footballeurs sont au centre d’enjeux sportifs et économiques colossaux, plus que dans n’importe quel autre sport. Que ce soit en équipe nationale ou en club, ils sont soumis à des pressions importantes. De plus en plus souvent leur image compte autant que leurs performances sportives. Pour n’importe quel dirigeant d’entreprise ayant ce type de responsabilités, le media-training serait un passage obligé. Et puis si ça peut éviter que la France du foot se fasse ridiculiser aux yeux des footeux du monde entier, il n’y a pas à hésiter.

 

Non

Le media-training risque d’aseptiser les conférences de presse et commentaires d’après match. L’exercice n’est déjà pas passionnant à regarder mais si on n’a même plus de grandes gueules pour donner un peu de piment, autant arrêter. Qu’est ce qu’aurait été Cantona sans ses sorties médiatiques ? Comment imaginer une conférence de presse d’Antonetti sans ses petites pointes d’humeurs ? Sans compter qu’avec le media-training on n’aurait pas de vidéos de la première interview d’un Zizou tout gêné ou d’un Maradona qui a peur de regarder la caméra.

 

Peut-Être

Tout dépend quel est l’objectif du media-training. S’il permet d’avoir de vraies personnalités en face des caméras et d’éviter d’avoir une succession de réponses toutes faites, alors il serait utile. Il peut être une chance pour tous, des fortes têtes en passant par les grands timides. Reste que cet apprentissage n’est pas le plus fondamental pour la plupart des jeunes professionnels, tous n’étant pas destinés à de grandes carrières et aux médias qui vont avec. Il semble d’ailleurs que les centres de formation gagneraient déjà à laisser leurs poulains plus longtemps en cours de Français.

À l’avenir, peut être faudra-t-il aussi mediatrainer les journalistes sportifs, parce que face à des questions toutes faites nous entendront toujours des réponses toutes faites.

4 commentaires sur "Faut-il « mediatrainer » les footballeurs ?"

damien dit:

21 novembre 2012

Très juste, mais un presta. externe en MT vas vite trouver un seuil limite en terme de valeur de différenciation. MT voir coaching media c’est bien mais c’est insuffisant. je pense qu’il faut aller plus loin sur la perso sans tomber dans le psycho : gestion de conflit et des émotions, com non verbale, et j’en passe.

Florian dit:

23 novembre 2012

Complètement d’accord ! Il est clair que le travail doit aller beaucoup plus loin qu’un « simple » MT pour beaucoup. Le MT serait même la dernière phase de ce travail.
Et merci pour ton commentaire :)

damien dit:

25 novembre 2012

merci florian. ton blog est plutôt bon avec un zest de lâcher prise qui vas bien. crois un vieux loup de mer rentré il y a des lustres dans la sphère créative de l’auteur de  » Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité… elle me croit pianiste dans un bordel « .
le MT comme toutes les innombrables domaines de la com et du marketing ( et qui se démultiplie avec la com digitale) masque une ultra segmentation des compétences et du savoir-faire. la techno et le mental sont roi laissant parfois orphelin le cerveau droit et la partie sensible de l’être humain. tout ceci laisse la part belle aux coach ( qui eux même ont intérêt à être supervisé pour garder la tête au frais). l’approche globale même au déla du training ou de la com n’est pas facile, il faut se farcir une expérience transversale qui demande du temps et de la curiosité de la chose que l’on appelle l’être humain. belle route à ce blog

Florian dit:

26 novembre 2012

Sujet passionnant que tu abordes là ! Bien qu’encore loin d’être un vieux loup de mer, il me semble que cette « ultra-segmentation » représente plus un danger qu’une chance. Elle est nécessaire dans des domaines très techniques mais je crois beaucoup plus à la transversalité et la prise en compte de la globalité des objectifs. C’est aussi pour ça que j’aime la com’, on ne reste pas cantonné à un petit périmètre d’exercice ou de compétence prédéfini.
Vive l’humain, la créativité et la curiosité !

Ecrire un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>